L’impôt sur le revenu en France : réductions et crédits d’impôts

La fiscalité française est complexe et il n’est pas toujours facile d’identifier les éventuelles réductions d’impôts dont vous pouvez bénéficier. Vous trouverez donc ci-dessous un résumé des principales mesures en vigueur :

 

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

Le Crédit d’Impôt Transition Energétique (ETC) est un dispositif permettant aux ménages souhaitant réaliser des travaux d’amélioration énergétique dans leur résidence principale de bénéficier d’un crédit d’impôt pouvant aller jusqu’à 30% de leurs dépenses.

Pour bénéficier de ce crédit d’impôt, le bien doit être votre résidence principale et être achevé depuis plus de 2 ans.

Le crédit d’impôt s’applique aux travaux exécutés jusqu’au 31 décembre 2019.

Cependant, les dépenses se limitent à :

  • 8000 € pour une personne seule,
  • 16 000 € pour les couples sous le même foyer fiscal. Pour les couples avec enfants, le plafond est porté à 400 € par personne à charge.

Exemples de travaux impliqués :

  • Chaudière à haute efficacité énergétique (par exemple, type pompe à chaleur) ;
  • Remplacement des fenêtres à simple vitrage par des fenêtres à double vitrage ;
  • Retrait d’un réservoir d’huile….

Pour pouvoir bénéficier du CITE, le bien doit remplir deux conditions :

  • Il doit être situé en France,
  • Il doit être utilisé à des fins résidentielles.

Attention : seules les personnes domiciliées fiscalement en France peuvent bénéficier de cette réduction d’impôt.

 

Dons aux organisations basées en France

Il est possible de bénéficier d’une réduction d’impôt lorsque vous effectuez des dons ou payez une cotisation à une association ou organisation d’intérêt général.

Le don peut prendre la forme d’une somme d’argent, de contributions, de revenus ou de produits. Le don peut être fait en nature : par exemple, le don d’une œuvre d’art.

Pour avoir droit à une réduction d’impôt, les organisations bénéficiaires doivent remplir certaines conditions :

  • Être une organisation à but non lucratif,
  • Avoir un objet social et une gestion désintéressée,
  • Ne fonctionnent pas au profit d’un petit cercle de personnes.
  • Vous pouvez également faire des dons à des organisations accréditées établies dans un État membre de l’Union européenne comme l’Islande, la Norvège ou le Liechtenstein.

Vous pouvez bénéficier soit :

  • D’une réduction d’impôt égale à 75% jusqu’à un maximum de 537 € pour les dons faits à des associations d’assistance aux personnes en difficulté ;
  • D’une réduction d’impôt de 66% des sommes versées, dans la limite de 20% du revenu imposable, pour les dons faits à d’autres organismes d’intérêt public.

Remarque : l’administration a indiqué que les non-résidents ne sont pas éligibles à cette réduction d’impôt.

 

Dons à un parti politique

Faire un don à un parti politique vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 66% des sommes versées.

Plus précisément, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt lorsque vous payez :

  • Les dons à une association de financement électoral ou à un agent financier agréé pour le financement d’une campagne électorale, et enregistrés dans le compte de campagne d’un candidat ou d’une liste,
  • Les dons faits à une association de financement approuvée par un parti politique,
  • Contributions aux partis et groupes politiques.
  • La réduction maximale est fixée à 7 500 € par personne et 15 000 € par an et par foyer fiscal.

Les dons versés à un candidat ne peuvent excéder 4 600 € par élection.

La réduction est de 66% des sommes versées jusqu’à un maximum de 20% du revenu imposable.

Vous pouvez reporter le montant dépassant la limite de 20% sur les 5 prochaines années.

Attention : les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de cette réduction d’impôt.

 

Services de garde d’enfants

Les frais de garde d’un enfant de moins de 6 ans peuvent être éligibles à une réduction d’impôt. Lorsque vous faites garder votre enfant à domicile ou à l’extérieur, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt égal à 50% des frais de garde engagés.

Le plafond des dépenses est fixé à 2 300 € par enfant pris en charge.

Attention : les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de cette réduction d’impôt.

 

Frais de scolarité des enfants de l’enseignement secondaire ou supérieur

Cette réduction d’impôt s’applique aux enfants qui sont toujours à la charge de leurs parents.

Pour bénéficier de la réduction, l’enfant ne doit pas être lié par un contrat de travail et ne doit pas être rémunéré (à l’exception de la bourse reçue et des allocations de formation).

La réduction d’impôt est fixée comme suit :

  • 61 € par enfant fréquentant une école secondaire ;
  • 153 € par enfant fréquentant un lycée général et technologique ou un lycée professionnel ;
  • 183 € par enfant en formation supérieure.

A noter : les non-résidents ne peuvent bénéficier de cette réduction d’impôt.

 

Paiements de pension alimentaire pour enfants

Les pensions alimentaires versées à un enfant majeur sont déductibles du revenu imposable en 2018 jusqu’à un maximum de 5888 € par enfant et par an.

Si l’enfant est célibataire et a un enfant à sa charge, le plafond de déduction est porté à 11 776 €.

Attention ! Si les paiements sont des dépenses déductibles pour vous, ils constituent un revenu imposable pour vos enfants.

Les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de cette réduction d’impôt.

À noter : les limites de déduction pour cette catégorie changent chaque année. Soyez sûr de rester informé.

 

Emploi d’un salarié à domicile

Cette catégorie vous permet de bénéficier d’un crédit d’impôt. Pour ce faire, les services fournis doivent être de nature privée, personnelle et familiale (travaux ménagers, tutorat, jardinage).

Le crédit d’impôt s’élève à 50% du total des dépenses.

Cependant, il existe un plafond de 12 000 € par an plus 1 500 € par enfant à charge ou membre du foyer fiscal de plus de 65 ans.

L’emploi doit être exercé en France dans la résidence principale ou secondaire du contribuable.

Remarque : les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de ce crédit d’impôt.

 

Dépenses liées à la dépendance

Les personnes séjournant dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou dans un établissement de soins de longue durée en France ou dans un État membre de l’Espace économique européen peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt quel que soit leur âge.

La réduction d’impôt est égale à 25% des frais jusqu’à un maximum de 10 000 € par personne.

Attention : les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de cette réduction.

 

Cotisations versées aux régimes d’épargne-retraite

Les cotisations versées à un régime d’épargne-retraite donnent droit à un avantage fiscal sous forme de déduction du revenu brut global.

Dans le cadre d’un PERP, PERE, PERCO (divers plans d’épargne retraite) et pour chaque membre du foyer fiscal, le plafond de déductibilité est fixé à 10% du montant net de l’ensemble des revenus déclarés avec une déduction maximale de 31382 € (pour paiements effectués en 2018).

Attention : les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de cette réduction.

 

Souscription au capital d’une PME

Afin de promouvoir le soutien aux entreprises, le législateur a instauré des avantages fiscaux pour les contribuables qui participent au financement des PME.

Cet avantage fiscal est destiné aux personnes physiques domiciliées à des fins fiscales en France. En revanche, les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de cette réduction d’impôt.

Cependant, l’entreprise bénéficiaire doit remplir certaines conditions, notamment :

  • Avoir son siège social dans un État membre de l’Union européenne, en Islande ou en Norvège ;
  • La société peut exercer une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière, mais elle ne peut pas exercer une activité limitée à la gestion de ses propres biens meubles ou immeubles, les holdings et les SIC sont par exemple exclues ;
  • L’entreprise doit être soumise à l’impôt sur les sociétés ;
  • La PME ne doit pas être cotée en bourse ;
  • Vous devez conserver les actions de cette société pendant au moins 5 ans ;
  • L’entreprise est en phase de démarrage, de démarrage ou d’expansion ;
  • Elle ne doit pas être considérée comme une entreprise en difficulté.
  • Pour les sociétés créées depuis le 1er janvier 2016, la souscription à une augmentation de capital ne peut donner lieu à la réduction d’impôt si le contribuable est déjà actionnaire ou associé de la société.

Le montant maximum de ce financement est de 50 000 € pour une personne seule et 100 000 € pour un couple. L’excédent peut être reporté.

L’avantage fiscal est une réduction de l’impôt sur le revenu de 18% sur les paiements versés à une PME. Ce taux devrait être temporairement augmenté selon une date fixée par décret et porté à 25%.

 

Investir dans un fonds d’investissement

Il est possible d’acheter des parts dans un fonds commun d’innovation (FCPI) ou un fonds d’investissement local (FIP). La mission de ces institutions est de financer le développement d’entreprises innovantes non cotées en bourse.

Les FCPI financent des entreprises innovantes à fort potentiel de croissance. Les FIP ciblent les entreprises qui se développent localement ou régionalement.

L’avantage fiscal consiste en une réduction d’impôt de 18% sur le montant des versements effectués, dans la limite de 12 000 € pour une personne seule et de 24 000 € pour un couple. Ce taux devrait être temporairement augmenté selon une date fixée par décret et porté à 25%.

Les actions doivent être conservées pendant une durée de 5 ans.

Attention : les non-résidents ne peuvent pas bénéficier de cette réduction.

 

Investir dans l’immobilier

Plusieurs lois d’exonération fiscale vous permettent d’investir dans l’immobilier tout en bénéficiant de réductions d’impôts. Ces mesures visent généralement à revitaliser le marché immobilier ou à protéger le patrimoine historique de la France.

Voici deux appareils qui peuvent vous intéresser.

Le système « PINEL » vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt allant de 12 à 21% selon les conditions de location choisies sur une période de 6 à 9 ans.

L’investissement n’est possible que pour les résidents fiscaux français. Toutefois, en cas de changement de domicile fiscal, le contribuable conserve le bénéfice de la réduction.

Le dispositif « MALRAUX » permet une réduction d’impôt de 30% du montant des travaux réalisés au sein d’un logement situé dans une zone protégée. Il est alors nécessaire de réaliser des travaux de rénovation sur l’ancien bâtiment situé dans un quartier ancien dégradé. La propriété doit alors être louée pour 9 ans.