Que sont les paradis fiscaux et comment fonctionnent-ils ?

Ce qu’ils sont est facile à comprendre et à déduire: ce sont des pays, souvent sous la souveraineté d’un État plus grand, où les impôts sont très bas ou inexistants et les lois fiscales et fiscales très souples. Mais l’histoire des paradis fiscaux est aussi ancienne que celle des impôts.

 

QUAND SONT-ILS NÉS? «Les citoyens les plus riches ont toujours essayé d’éviter de payer des impôts. Dans la dernière période de l’Empire romain, beaucoup ont préféré devenir des sujets des royaumes barbares afin d’échapper aux autorités fiscales de Rome. Mais le premier «paradis fiscal» dans le monde moderne était l’Amérique. De nombreux historiens reconnaissent que de nombreux pères pèlerins (fondateurs des colonies nord-américaines au XVIIe siècle, dir. chez Bocconi à Milan, auteur de Paradisi e paradoxes (Egea).

 

Ce sont presque toujours des pays avec quelque chose de moins que les autres. Presque tous sont sans armée, à part la Suisse, et sans syndicats et partis vraiment représentatifs. Ils ne demandent souvent pas d’impôts parce qu’ils n’ont presque pas de dépenses publiques. De plus, ils n’ont souvent pas leur propre monnaie.

LA GÉOGRAPHIE DES PARADIS FISCAUX. Selon une légende, les îles Caïmans, territoire britannique de la mer des Caraïbes, auraient mérité le statut de lieu détaxé car à la fin du XVIIIe siècle certains marins locaux ont sauvé les équipages de dix navires marchands d’un naufrage: le roi George III aurait récompensé le geste des habitants des Caïmans promettant de ne jamais taxer leur archipel.

 

Mais c’est la Suisse, paradis fiscal le plus important et le plus connu, depuis les années 30 un «refuge de refuge» grâce à sa neutralité et à sa réglementation du secret bancaire. Après la Seconde Guerre mondiale, Tanger (Maroc) a également émergé: elle avait un système fiscal presque inexistant et un libéralisme douanier presque illimité.

 

Beyrouth (Liban) est plutôt devenu un paradis fiscal après la première guerre israélo-arabe (1948). Aujourd’hui il n’en est plus ainsi et sa place a été prise par Dubaï (Emirats Arabes Unis) qui est avant tout le refuge fiscal des Russes et de la finance islamique.

 

Le Panama est un autre exemple: il a bâti sa fortune davantage en tant que siège social de sociétés off-shore (légales, mais qui vous permettent de vous soustraire à l’impôt de votre domicile ou de cacher des transactions qui sont à la limite de la légalité) qu’avec son canal.

Hong Kong est devenu un accès privilégié à la Chine continentale en raison de son statut d’ancienne colonie britannique.

 

Mais comment lutter contre les paradis fiscaux? «John Kennedy est également entré dans l’histoire pour avoir présenté en 1962, sur les conseils de l’économiste Stanley Surrey, la loi sur les sociétés étrangères contrôlées , une loi qui prévoyait l’imposition des bénéfices des sociétés étrangères des multinationales américaines», explique Marino. Il ajoute: «Cela reste le modèle législatif le plus adapté pour lutter contre l’utilisation abusive des paradis fiscaux. Mais peu, après Kenney, l’ont essayé ».